La science du Naad

La science du Naad
Naad, c’est le son. La science du Naad (la science du son) se concrétise dans le Naad Yoga (l’union du son) qui, entre autres, utilise abondamment les effets du chant et de la récitation de mantras.

Pour comprendre ce que cela signifie, il faut se référer à la nature du son et à son pouvoir supposé.

D’après les physiciens, tout dans l’univers est énergie. Cette énergie peut être perçue de diverses manières, mais il en est une qui se réfère au fait que tout dans l’univers est vibration et que chaque élément de l’univers possède une fréquence vibratoire qui lui est propre. Et si cela est difficile à croire c’est entre autres par le fait que les sens humains ne perçoivent qu’une fraction infime de ce champ vibratoire.

Si, pendant un instant, l’univers n’avait plus de son, la galaxie, la galaxie des galaxies, et l’univers tout entier, se désintègreraient. Pour maintenir tout cela en équilibre, il faut qu’il y ait le son (Yogi Bhajan).

La terminologie yogique distingue deux types de sons dans l’univers: Ahad et Anahad.

  • Ahad désigne les sons qui demandent à être produits, les sons qui nécessitent que quelque chose vienne à cogner une autre. On dit que ces sons sont « battus ». Ils font partie des sons qui sont perçus par l’oreille dont les sons propres à la langue parlée ou ceux produits par des instruments de musique.
  • Anahad est le son « non-battu »: ainsi appelé parce qu’y résonne perpétuellement la vibration primordiale, non produite par quelque instrument que ce soit.

La science du Naad et le Naad Yoga propose d’utiliser le pouvoir de cette composante vibratoire du son, battu ou non, pour modifier, physiquement, mentalement, énergétiquement, les personnes qui le reçoivent et/ou le produisent.

Ainsi, en faisant vibrer une combinaison particulière de sons, par la récitation de certains mantras par exemple, le pratiquant vise l’obtention de divers bénéfices tels la prospérité, la paix de l’esprit, le développement de l’intuition, l’harmonisation des centres et des canaux énergétiques (chakras et nadis), etc.

Dans le Kundalini Yoga, il est un courant sonore spécifique : le Shabad Gourou. Ce courant sonore (Shabad) n’exprime pas seulement un message de sagesse ou de vérité, il a surtout le potentiel de dissoudre les tendances égotiques (sha = égo ; bad = couper). En ce sens il est à considérer comme un « Gourou », un véritable enseignant qui nous rend accessible l’inaccessible et nous libère de toute souffrance.

Le Shabad est le Gourou ; ma conscience à l’écoute de sa mélodie en est le disciple. Saisi par cette indicible parole, je suis libéré. Ô Nanak : d’âge en âge, le Divin qui prend soin du monde est le Gourou. (Réponse de Gourou Nanak à des yogis qui lui demandent qui est son Gourou)

Ultimement, le Naad Yoga propose de faire l’expérience de « Ad », l’infini. Par l’union (yoga) avec ce Son primordial non-battu (anahad), il est ainsi permis au pratiquant de se reconnecter à l’absolu qui est en lui, à cet espace de silence intérieur où résonne la vibration continue de l’Infini.

Indépendamment de l’aspect vibratoire et du pouvoir du son, la science du Naad explique également d’une autre manière le processus de transformation du corps, du mental et de l’esprit par le chant et la répétition de mantras. Le Naad Yoga trouverait les principes de son fonctionnement dans l’impact des mouvements de la langue dans la bouche du récitant et des modifications de la chimie cérébrale que cela engendre.

Ainsi, le mouvement de la langue lors de la récitation de tel ou tel mantra, vient stimuler différents points méridiens localisés sur le palais (la paroi supérieure de la cavité buccale). Ceux-ci étant en lien direct avec le complexe hypothalamo-hypophysaire, l’ « activation » de ces points influe sur différents aspects du système nerveux et endocrinien, les 2 principaux systèmes de communication et de régulation de l’ensemble de l’organisme.

A lire également:
La science du Naad / Les mantras / Bij et Ashtang mantras / Les mantras et le livre Saint des Sikhs / Utilisation du gongMantrathèque

Les commentaires sont clos.