Une acceptation totale est la fin de l’espoir et de la peur

Les enseignements sont souvent centrés sur la vision, la méditation, et le comportement. Ceci montre que la façon dont nous voyons détermine la façon dont nous sentons et pensons. Aussi la façon dont nous sentons et pensons détermine la façon dont nous agissons. Si nous regardons à partir d’un point de vue dualiste, nous observons un monde imparfait dans lequel nous vivons comme des êtres inquiets et imparfaits.

Si nous voyons le monde dans sa perfection, simplement tel qu’il est, nous sommes des bouddhas, vivant dans une terre pure, entourés d’autres bouddhas.

Tant que nous n’avons pas la vision pure et n’avons pas réalisé la perfection du monde et des êtres qui l’habitent, il s’avère utile d’en accepter les imperfections comme faisant naturellement partie de la vie, comme un matériau avec lequel nous pouvons travailler. En nous ouvrant au monde et en l’acceptant tel qu’il est, nous nous ouvrons à des dimensions plus profondes de notre être. Une acceptation totale est la fin de l’espoir et de la peur, la fin des fantasmes du passé et du futur. C’est vivre entièrement dans le présent, dans ce qui est véritablement. (Tenzin Wangyal Rinpoché dans Guérir par les formes, l’énergie et la lumière aux Editions Claire Lumière)


En vidéos, sur la chaîne YouTube Yoga Ekongkar :

Des articles qui pourraient vous intéresser...

Les commentaires sont clos.