Puraka et rechaka

Puruka signifie inspir et rechaka, expir. L’inspir est le processus actif de la respiration, qui exige un effort musculaire pour attirer l’air dans les poumons. L’expir normal, passif, n’exige aucun effort musculaire. Cela revient à dire que le diaphragme et la cage thoracique retournent à leur place. (Extrait de Prana, Pranayama, Prana Vidya, p. 39 >>>)

En pranayama, rechaka est un processus contrôlé, accompagné, ralenti. Il est, en général, soit égal en durée à puruka, soit deux fois plus long. Le principal avantage de l’expiration consciente est d’amener un contrôle conscient sur la réaction de relaxation.

Ralentir l’inspir et l’expir dans le pranayama, comme en nadi shodana et en ujjayi, présente de nombreux avantages en ce qui concerne notre santé. On dispose de davantage d’oxygène, ce qui améliore les gaz sanguins et la digestion. Il facilite le ralentissement du rythme cardiaque et l’abaissement de la pression sanguine, comme l’on prouvé maintes fois les recherches sur la méditation. On est moins survolté. Ce processus favorise le repos et la récupération énergétique.

En pranayama, on accélère parfois l’inspir et l’expir, comme en bhastrika et kapalbhati. Ces techniques exercent les poumons et l’abdomen, et stimulent le système nerveux en vue de l’équilibrer et de le fortifier.

D’autres techniques sont utilisées pour entraîner notre capacité de maîtrise respiratoire entre ses extrêmes, qu’elle soit lente et rapide, subtile et ordinaire. Nous faisons ainsi l’expérience d’un surcroît de maîtrise sur notre système nerveux.

Le processus qui amène à augmenter la conscience du souffle implique davantage le cortex – la partie la plus évoluée du cerveau – que le tronc du cerveau primitif. La pratique régulière de pranayama étalée sur une période assez longue, renforce le contrôle cortical, un processus appelé « téléncéphalisation ». Il consiste à déplacer le contrôle du niveau inconscient au niveau conscient, ce qui opère un profond retentissement sur notre bien-être.

Améliorer le contrôle des processus du puraka et rechaka entraîne une absorption d’oxygène et une élimination de gaz carbonique plus conscientes et plus efficaces, en même temps qu’ne amélioration des états mentaux et émotionnels.

Cependant la maîtrise de puruka et de rechaka ne représente qu’une étape préliminaire du pranayama, destinée à favoriser la santé globale et la vitalité et à préparer le pratiquant à des stades plus avancés.

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.