Anatomie du système respiratoire

Anatomie du système respiratoire

Le système respiratoire comprend le nez, le pharynx, le larynx, la trachée et les poumons (bronches, bronchioles et alvéoles).

On parle d’arbre respiratoire car cet ensemble de conduits ressemble à un arbre en position inversée. Dans cette image, la trachée fait office de tronc, les bronches et les bronchioles représentent les branches et les alvéoles évoquent les feuilles de l’arbre.

Le nez et les cavités nasales

Le nez et les cavités nasales (ou fosses nasales) constituent la partie supérieure de l’appareil respiratoire. L’air y est filtré et assaini par l’action conjuguée des cils et du mucus sur les parois qui débarrasse l’air qui circule de la poussière et des germes. L’air y est également réchauffé et humidifié. Ces fonctions limitent les dommages qu’un air sale, froid et sec pourrait infliger aux poumons. C’est aussi à ce niveau que sont détectés les stimuli olfactifs (odeurs). L’air peut aussi circuler par la bouche qui le réchauffe, l’humidifie et le filtre, mais moins bien que le nez.

Le pharynx

Le pharynx (ou gorge) est situé derrière les cavités nasales, au-dessus du larynx et juste devant les vertèbres cervicales. C’est le lieu « carrefour » entre la voie respiratoire et la voie digestive. L’air (inspiré ou expiré) et la nourriture peuvent y circuler… mais pas en même temps! Il constitue également une caisse de résonance pour la phonation et abrite les amygdales, qui jouent un rôle essentiel dans la défense immunitaire.

Le larynx

Le larynx est un court passage qui relie le pharynx et la trachée. Par le mouvement de l’épiglotte, capable de se rabattre comme une trappe, les voies aériennes situées plus bas sont tantôt ouvertes, tantôt fermées. C’est ainsi que la fermeture du larynx durant la déglutition achemine les aliments et les liquides vers l’œsophage et non dans la trachée. A l’inverse, lors d’une inspiration, l’épiglotte s’élève pour permettre le passage de l’air vers les poumons.

Le larynx abrite également les cordes vocales. Lorsque l’air est expulsé des poumons, il fait vibrer ces cordes qui, selon leur ouverture, produisent un son contrôlé.

La trachée

La trachée est un conduit semi-rigide, d’environ 12 cm de long et de 2,5 cm de diamètre qui relie le larynx en haut aux bronches principales gauche et droite en bas. Les parois internes de la trachée sont recouvertes de mucus et de cils vibratiles qui procurent la même protection contre la poussière que ceux qui tapissent les cavités nasales et le larynx.

La plèvre

La plèvre est une membrane qui enveloppe et protège le poumon. Chaque poumon possède sa plèvre. La plèvre est constituée de deux feuillets, l’un adhère au poumon (plèvre viscérale) et l’autre (plèvre pariétale) tapisse la cage thoracique. Ces deux feuillets peuvent glisser l’un sur l’autre car une petite quantité de liquide lubrifiant est sécrétée dans l’espace qui les sépare. Ainsi, les poumons adhèrent au thorax, par l’intermédiaire des plèvres, mais de façon glissante et mobile.

Les poumons

Les deux poumons sont les sites d’absorption de l’oxygène et de rejet du gaz carbonique. Ils sont posés sur le diaphragme et protégés par la cage thoracique. Le poumon gauche contient deux lobes alors que celui de droite en contient trois.
La trachée se divise en une bronche principale droite et une bronche principale gauche qui pénètrent respectivement dans le poumon droit et gauche. Les bronches principales se divisent en bronches plus petites, qui elles-mêmes se ramifient en bronches encore plus petites, puis en bronchioles qui à leur tour se divisent et se subdivisent. Ces ramifications (environ 25) offrant l’image d’un arbre inversé permettent d’acheminer l’air jusqu’aux surfaces d’échanges contenues dans les alvéoles.

Les alvéoles pulmonaires (extrêmement nombreuses, environ 300 millions) sont de minces poches creuses qui prolongent les bronchioles, et c’est à ce niveau que se déroulent les échanges gazeux entre les espaces aériens des poumons et le sang.

Chaque grappe d’alvéoles, appelée sac alvéolaire est littéralement enveloppé dans une fine maille de vaisseaux sanguins à petit diamètre (capillaires). La mince paroi des alvéoles et des capillaires ainsi que leur proximité permet de faire les échanges gazeux: diffusion de l’oxygène (O2) vers les capillaires, et diffusion du gaz carbonique (CO2) des capillaires vers la cavité alvéolaire.

A lire également:
Le système respiratoire / Anatomie du système respiratoire / Ventilation pulmonaire / Perturbateurs du système respiratoire / Yoga et système respiratoire

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.