Déploiement de la Kundalini

Déploiement de la Kundalini

L’énergie Kundalini – le flux créateur de la Conscience, la puissance de la Vie elle-même – est tapie dans les fondements du microcosme humain.

Kundalini signifie « la lovée ». Elle est figurée par l’image d’un serpent enroulé trois fois et demi sur lui-même, endormi à la base de la colonne vertébrale.

Le déploiement de la Kundalini et son ascension le long de la colonne vertébrale relie graduellement le pratiquant aux aspects les plus subtils de lui-même. Et lorsque cette ascension s’épanoui au sommet de la tête, le but est atteint, l’unification au « principe universel » est achevée.

Ainsi, dès qu’elle est réveillée par des méthodes appropriées, la Kundalini se déroule et s’élève.

Selon les conceptions du corps énergétique adoptées par certaines traditions, en particulier le Kundalini Yoga, l’être humain est animé par d’innombrables courants énergétiques (nadis) dont trois se détachent nettement car ils commandent tous les autres. Ces trois courants arpentent l’axe central du corps. Le principal, Soushoumna, est central, au milieu de la colonne vertébrale. Les deux autres cheminent latéralement: Ida à gauche et Pingala à droite.

Ainsi, quant par l’exercice de techniques appropriées la Kundalini sort de sa léthargie, elle s’engage dans ce canal central (Soushoumna), ascensionne et vient « percer » successivement un certain nombre de centres énergétiques que l’on appelle communément « chakras ».

Chaque chakra, sorte de roue tournoyante et vibrante, lieu de concentrations de certains courants énergétiques, possède sa propre qualité de l’énergie et domine sur un plan de conscience et d’existence spécifique.

A chaque degré de son ascension, la Kundalini permet l’expression du potentiel et des qualités associés à chaque chakra. Ultimement, le déploiement de la Kundalini conduit à l’éveil spirituel du pratiquant.

Comment peut-on réveiller cette énergie ?

Dans un de ses poèmes, Yogi Bhajan dit : « Chanter Wahé Gourou, la Kundalini s’élève ! Prendre l’Amrit (en référence au baptême dans la foi sikh), la Kundalini s’élève ! Méditer sur le Nom, la Kundalini s’élève ! Chanter les louanges du Divin, la Kundalini s’élève ! Faire du Yoga, la Kundalini s’élève ! Fixer sa concentration, la Kundalini s’élève ! Quand la Kundalini s’éveille, elle s’élève ! »

Il n’est pas une méthode unique et royale pour que la Kundalini s’élève. Elle peut même s’éveiller spontanément chez certaines personnes. Mais le plus souvent, ce réveil est le résultat d’une pratique assidue, voir d’un entraînement acharné. D’autant qu’il ne suffit pas de savoir comment éveiller cette énergie, faut-il encore pouvoir la contenir, être en capacité de la maîtriser.

Le Kundalini Yoga, c’est l’ensemble des outils nécessaires pour permettre et sécuriser ces différents accomplissements.

Parmi tous ces outils, certains sont plus souvent évoqués que d’autres. En particulier ceux qui permettent de réaliser la « fusion thermogène de prana et apana » ainsi que ceux qui aident à lever les obstacles rencontrés par le processus d’élévation.

Prana et apana sont les deux pôles, positif et négatif, de l’énergie de vie.
Prana localisé au niveau thoracique est l’énergie génératrice. Apana, siégeant dans le bas ventre, est l’énergie excrétrice. Prana, « tel un oiseau » cherche à s’élever tandis qu’apana s’écoule hors du corps.

Par l’application de techniques particulières (bandhas), le flux de ces deux énergies est inversé : prana est contraint de descendre et apana est forcé de remonter. Il est dit que la confrontation et la fusion dans le centre du nombril de ces deux flux contrariés produit un intense échauffement (tapa) qui est en mesure de réveiller la kundalini endormie.

Durant cette ascension, l’expression du plein potentiel des différents niveaux parcourus s’exprime, la « nature » tout entière est graduellement transmutée, le grossier est résorbé dans le subtil.

Cette ascension ce doit aussi d’être favorisée, en particulier lors de trois passages critiques : trois nœuds ou portes qui demandent à être dénoués ou déverrouillées. Le nœud de Brahma (au 1er chakra) qui correspond à l’éveil même de la Kundalini, le nœud de Vishnou (au centre du cœur) qui annonce la mort du « moi pensant » et le nœud de Shiva (au niveau des sourcils) où sont rompues les dernières attaches avant l’ultime dissolution qui s’opère lors de l’épanouissement de cette énergie au sommet de la tête. L’unification au « principe universel » est ainsi achevée, l’éveil spirituel est atteint.

A lire également:
Le corps énergétique – L’énergie Kundalini – Déploiement de la Kundalini – Les chakras – Les dix corps

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.