Les trois corps mentaux

Les trois corps mentaux

La psychologie et la psychanalyse occidentales définissent différents degrés dans le champ de la conscience: le conscient, le subconscient, le préconscient, l’inconscient, le moi, le surmoi, etc

Yogi Bhajan, pour sa part, décline le mental en trois aspects: négatif, positif et neutre. Trois facettes du courant mental qui, dans une certaine mesure recoupent les différentes instances psychiques définies en psychologie.

L’adjectif « négatif » ne doit pas être compris dans un sens péjoratif, le mental négatif n’est pas forcément un problème. Tout comme le mot « positif » n’indique pas que ce mental est nécessairement un allier ou qu’il est plus méritoire que les autres.

Les trois aspects du mental doivent trouver un équilibre réciproque. Le mental négatif est protecteur, le positif est expansif et le neutre possède les vertus méditatives.

Le mental négatif instille la prudence dans les choix, le sens de la réserve et des convenances. Il est rapide, automatique, c’est un outil essentiel de survie. C’est également en lui que naît le désir d’appartenance qui, dans sa plus noble expression, connecte l’individu à sa véritable nature, à son propre Soi divin.

Le mental négatif s’apparente avec ce que l’on qualifie de subconscient. En ce sens, il contient le pôle pulsionnel de la personnalité. Il comporte également les processus qui, par les mécanismes de refoulement, sont maintenus hors de la conscience. Il mérite ainsi d’être nettoyé de tous ces restes de nos activités sensorielles et psychiques qui se transforment potentiellement en obstacles et restrictions.

Pour son équilibre, des clés sont proposées : développer la discipline, développer des relations honnêtes et désintéressées. Réfreiner l’autocritique et apaiser le besoin de sécurité qui limite le champ des possibles et la liberté d’action.

Le mental positif vous fait avancer et prendre des décisions. Il est enjoué, optimiste, joueur et un tantinet insouciant. Il voit et se nourrit de l’essence positive de toutes les situations et s’ouvre au « champ des possibles », il se projette vers l’avant et est expansif.

Ce mental doit être éduqué afin d’établir des limites et des gardes fous. Quant sa curiosité naturelle s’associe à son ignorance des dangers, des mesures de sécurité s’imposent. A l’inverse, s’il est faible, il contrebalance avec difficulté le mental négatif qui déverse le poison paralysant de la peur.

Pour son équilibre (surtout pour le renforcer), des clés sont proposées : augmenter la confiance en soi et améliorer l’estime de soi.

Le mental neutre observe les deux autres. Il est entre les polarités du mental négatif et positif, tous deux dans une conversation rarement interrompue.

Le mental neutre c’est l’espace de quiétude et de silence qui forme l’arrière plan du bruit mental incessant, il « habite » dans le silence entre deux mots, entre deux phrases.

Le mental neutre jouit d’une position élevée, son regard est englobant et intuitif. Il vole avec les ailes de la sagesse et de la compassion. Il est serein, calme, silencieux, immobile. On le désigne aussi comme étant le « mental méditatif ».

Le yogi, s’il cherche à équilibrer le mental positif et négatif, vise avant tout à développer et donner toute sa dimension au mental neutre, au-delà des polarités. Il devient ainsi l’expression de l’infini pour le bénéfice de tous.

Pour le développer une clé unique est proposée : la méditation.

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.