Pour débuter la respiration du feu

Pour débuter la respiration du feu

Dans le Kundalini Yoga, la respiration du feu  (décrite ici) accompagne de très nombreuses postures. Cependant, pour débuter, il est préférable de la pratiquer dans une posture assise et confortable (assis jambe croisées, sur un petit coussin, ou sur une chaise), de sorte à favoriser une position érigée de la colonne vertébrale et une possibilité de relâchement de la région abdominale.

L’attitude générale est détendue, épaules basses, mâchoire desserrée, visage paisible. La poitrine est légèrement soulevée et les omoplates rapprochées. Les vêtements sont suffisamment larges pour ne pas entraver les mouvements.

L’image du halètement chez le chien est vraiment aidante quand il s’agit d’expliquer et de comprendre rapidement le principe de la respiration du feu. Tout comme pour le chien, le rythme de la respiration est rapide et continu, l’amplitude du geste modérée, la dynamique est clairement expiratoire et non inspiratoire. Elle n’est cependant pas pratiquée la bouche ouverte et la langue pendante (quoi que cela puisse être demandé), mais plutôt par le nez, bouche fermée.

Une autre image qui décrit bien l’expiration de la respiration du feu est de se figurer que, par une expiration abrupte, on tente d’expulser une petite mouche curieuse qui essaie de rentrer dans une narine.

Le mot d’ordre est : « Soufflez avec insistance et laissez-vous inspirer ». Il rappelle que l’expiration est « active » et l’inspiration « passive ». Ainsi, ce qui caractérise la respiration du feu, c’est exactement ce qui la différencie de la respiration simple et normale. Vous trouverez une explication détaillée du mécanisme de cette respiration, des muscles impliqués et des forces en jeu dans l’article : la respiration du feu (mécanisme).

L’expiration est sonore, voire bruyante au niveau des narines et l’inspiration reste silencieuse.

Cette respiration se pratique à jeun ou en dehors des moments de digestion. Ne la pratiquez pas du tout durant les menstruations et la grossesse, si vous avez des problèmes d’oreilles (des otites, etc) ou d’yeux (décollement de la rétine, glaucome, etc), ou encore si votre tension artérielle est excessive ou insuffisante. Eviter également cette technique par temps de canicule ou avant le sommeil.

Certaines personnes trouvent cette respiration aisée et peuvent la maintenir assez longtemps dès le début. D’autres personnes ont moins facile, elle « manque d’air » ou ont des sensations de vertige, ressentent des picotements dans les membres ou à la tête. Ces sensations peuvent être le signe de la détoxification que cette respiration entraîne. Il est dit qu’elles peuvent être atténuées lorsque la concentration et le regard est porté sur l’espace entre les sourcils durant la pratique, ainsi qu’en buvant de l’eau et en adoptant une diète légère. Au besoin, faites contrôler votre technique par un pratiquant expérimenté.

Concrètement : pour débuter une pratique de respiration du feu :

  • Asseyez-vous confortablement, le dos droit et placez les mains jointes devant la poitrine (posture de prière).
  • Fermez les yeux aux 9/10ème et convergez le regard vers l’espace entre les deux sourcils.
  • Engager le verrouillage de la racine, par une augmentation de tonicité du sphincter de l’anus et des muscles du plancher pelvien.
  • Débutez la respiration du feu durant 1 à 3 minutes.
  • Puis inspirez et retenez votre souffle durant 10 secondes avant d’expirer et de respirer normalement. Relâchez la posture, les mains posées sur les cuisses ou les genoux en gyan moudra, paume tournées vers le haut. Observez vos sensations, et le flux naturel de votre respiration durant 3 minutes.
  • Inspirez profondément, puis expirez.
  • Répétez cet enchaînement 3 à 5 fois.
  • Puis reposez-vous dans une posture de relaxation (savasana, baby-pose, etc).

En vidéos, sur la chaîne YouTube Yoga Ekongkar :

Des articles qui pourraient vous intéresser...

Les commentaires sont clos.