Grande fermeture (Maha bandha)

Grande fermeture (Maha bandha)

Fusion thermogène de prana et apana

Lorsque la fermeture de la racine (moula bandha), la fermeture du diaphragme (ouddiyana bandha) et la fermeture du cou (djalandhara bandha) sont toutes trois réalisées simultanément un phénomène nouveau apparaît : par l’inversion des courants d’énergie, les deux forces contraires prana et apana sont amenées à fusionner.

Apana est l’énergie excrétrice, celle qui vide, qui dilue, qui s’écoule hors du corps. A l’inverse prana est l’énergie génératrice qui, tel un « oiseau » cherche toujours à s’échapper vers le haut. Apana et prana sont les deux pôles, négatifs et positifs, de l’énergie de vie.

Par l’application de la fermeture de la racine (moula bandha) et la fermeture du diaphragme (ouddiyana bandha), apana est forcé de remonter, et prana est contraint de descendre.

Il est dit que la fusion dans le centre du nombril de ces deux courants contrariés produit un intense échauffement qui est en mesure de réveiller la kundalini endormie et de permettre son ascension.

Les bandhas et les trois portes

L’action des bandhas ne s’arrête pas là car l’ascension même de l’énergie se doit de traverser plusieurs nœuds (portes) qui demandent à être « déverrouillées » : le nœud de Brahma (au 1er chakra), le nœud de Vishnou (au centre du cœur) et le nœud de Shiva (au centre des sourcils). Et au passage de chacune de ces portes des qualités particulières s’expriment : détachement, ouverture, expansion et non-dualité.

Ces 3 nœuds ou portes sont déverrouillés par l’application des trois fermetures :

  • par la fermeture de la racine et l’activation du feu au centre du nombril, la première porte est traversée. Cela entraine une attitude de non-attachement aux sensations, les capacités à méditer et à maintenir une assise immobile sont accrues.
  • par la fermeture du diaphragme qui fait monter l’énergie du centre du nombril au centre du cœur, la seconde porte est traversée. S’ouvre alors la possibilité d’entendre « anahad », le son « non-battu », la vibration primordiale. Des qualités d’ouverture et d’expansion sont exprimées.
  • par la fermeture du cou, la troisième porte est traversée. Le pratiquant s’installe dans une extase où la dualité ne trouve plus de place.

A lire également:
Contraction (bandha) – Fermeture de la racine – Fermeture du diaphragme – Fermeture du cou – Grande fermeture

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.