Fermeture du diaphragme (Ouddiyana bandha)

Fermeture du diaphragme (Ouddiyana bandha)

Ouddiyana bandha est une des trois principales « fermetures » (bandhas). Il s’agit de la fermeture dite du « diaphragme ». Littéralement c’est la « fermeture de l’envol ». Ouddiyana signifie en sanskrit « vers le haut ».

« A l’image d’un oiseau énorme capable de voler sans se reposer, ouddiyana bandha a le pouvoir du lion tuant l’éléphant de la mort » (La Centurie de Goraksha / Goraksha-shataka).

Cette fermeture consiste à faire remonter le plus possible le diaphragme dans la cavité thoracique en respectant les quelques consignes suivantes :

  • se pratique l’estomac vide.
  • se pratique uniquement en rétention, les poumons complètement vides.
  • se pratique dans toutes les positions du corps, mais l’apprentissage se fait plus commodément debout, jambes écartées, légèrement penché en avant, mains en appuis sur les cuisses.
  • toute la région abdominale est tirée en arrière et vers le haut. Le diaphragme est refoulé dans la cavité thoracique.
  • la cage thoracique ne s’affaisse pas, la poitrine est « levée ».
  • ne se pratique pas en cas d’hypertension artérielle ou de troubles cardiaques.

Ouddiyana stimule l’énergie samana et régule l’activité du 3ème chakra (manipura), le centre du nombril.

Samana est le souffle vital qui préside à la digestion et au métabolisme, il active le feu intérieur. Localisé entre prana et apana, il régit également les échanges de ces deux autres énergies.

Ouddiyana stimule ainsi le processus de digestion et de nettoyage au sens large : assimilation des aliments physiques et intégration des émotions et des nourritures mentales.

Stimulant le 3ème chakra, cette fermeture stimule la confiance en soi et harmonise les relations aux autres. Par son action sur le 4ème chakra elle développe la patience et les « qualités du cœur ».

A lire également:
Contraction (bandha) – Fermeture de la racine – Fermeture du diaphragme – Fermeture du cou – Grande fermeture

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.