Fermeture de la racine (Moula bandha)

Fermeture de la racine (Moula bandha)

Moula bandha est une des trois principales « fermetures » (bandhas). Il s’agit de la fermeture « de la racine », à savoir la racine du tronc constituée par le plancher pelvien, l’anus et les organes génitaux.

Cette fermeture s’applique par un mouvement doux, rapide et fluide qui se décompose en trois étapes:

1) Contraction du sphincter de l’anus.
2) Contraction du périnée (la femme, elle, doit contracter les muscles du vagin et le col de l’utérus).
3) Contraction des muscles abdominaux inférieurs les plus profonds amenant le nombril à rentrer.

Moula bandha est la pratique essentielle pour sceller le fondement énergétique du corps d’une part et pour ensuite inverser le courant d’apana.

Apana, c’est le souffle expiré, c’est l’énergie excrétrice, celle qui vide, qui disperse, qui lie l’individu à la matérialité et l’entraîne dans l’animalité. Mais apana, c’est aussi l’énergie de la terre qui nourrit pleinement l’individu, qui lui donne la stabilité nécessaire à la verticalité.

Par la fermeture de la racine et l’inversion des flux, la fuite énergétique la plus importante est stoppée, l’ensemble de l’individu gagne en stabilité, et l’énergie animale est transmutée en guérison pour l’organisme et convertie en créativité.

Moula bandha se réalise à poumon plein comme à poumon vide, habituellement à la fin d’une posture ou d’une série de postures. Cette contraction n’étant pas réalisée par les muscles respiratoires principaux ou les muscles mobilisant le tronc, elle peut également être réalisée durant l’exécution des postures elles-mêmes ou durant la méditation, tout en respirant.

Lorsque cette fermeture est associée avec celle du cou (djalandhara bandha), un nouveau phénomène est à noter. Les deux pôles apana et prana, négatifs et positifs, de l’énergie de vie sont contraints de se rencontrer.

Apana est poussé à ascensionner et prana qui pour sa part cherche généralement à s’échapper par le haut est contraint de descendre. Cette rencontre qui se réalise au centre du nombril produit un intense échauffement (tapa) qui peut amener à l’ouverture du « canal central » (soushoumna) et au réveil de la kundalini (voir : Maha bandha).

A lire également:
Contraction (bandha) – Fermeture de la racine – Fermeture du diaphragme – Fermeture du cou – Grande fermeture

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.