L’étirement du nerf de vie (sciatique)

L’étirement du nerf de vie (Paschimottanâsana)

Instructions :

  • assis, jambes étendues devant, pieds joints ou légèrement écartés.
  • pouce et index de chaque main tiennent fermement les gros orteils (le pouce presse sur l’ongle de l’orteil).
  • poitrine posée sur les cuisses et tête posée sur les genoux.
  • dans la pratique dynamique de cette posture, on distingue deux phases. A l’inspir le tronc se redresse et éventuellement les bras sont portés au dessus de la tête. A l’expir, le tronc s’incline vers l’avant, la poitrine est posée sur les cuisses et tête sur les genoux. Souffle et mouvements du corps sont ainsi parfaitement coordonnés.

Finalité et bénéfices :

L’étirement du nerf de vie (sciatique) est une des grandes postures du Yoga. Elle étire tout l’arrière du corps, notamment l’arrière de la colonne vertébrale et l’arrière des membres inférieurs.

Dans la pratique dynamique de cette posture, la flexion du tronc vers l’avant masse les viscères de la cavité abdominale, elle est ainsi recommandée en lutte contre la constipation dans les cas de paresse intestinale.

Du point de vie énergétique, il est dit que cette posture immobilise prana et apana, limite le passage des souffles dans les deux nadis latéraux (ida et pingala) et favorise l’ouverture du canal central.

Risques et bons aménagements :

Les occidentaux appellent souvent cette posture la « pince », et effectivement elle a bien l’apparence d’une pince qui se ferme. Cette appellation est intéressante car lorsque la posture est mal exécutée, c’est à des « pincements » dangereux des disques intervertébraux qu’elle expose.

Cette posture (tout comme d’autres étirements avant) est souvent mal exécutées car la flexion n’est pas suffisamment réalisée au niveau des hanches, la pliure en deux est plutôt observée au niveau de la taille (la colonne est enroulée), engendrant des contraintes vertébrales importantes et éventuellement des écrasements dangereux des disques intervertébraux.

En particulier les personnes souffrantes de lombalgies ou ayant une fragilité avérée à ce niveau doivent s’entourer de précautions et apporter un soin particulier à l’adaptation de cette posture.

L’objectif à garder en mémoire lors de l’exécution de cette posture est d’allonger et d’étirer le dos (auto-grandissement) et non de tasser les lombaires.

  • Se pencher en avant depuis les hanches, sans arrondir le bas du dos. Limiter l’amplitude de la flexion en conséquence. Rehausser le bassin avec un coussin ou une couverture pliée permet d’augmenter d’autant cette amplitude de flexion.
  • Au besoin, pour les personnes fragiles et afin de tout de même saisir les gros orteils, il peut être envisagé de plier les genoux. Plier les genoux limite la tension dans les muscles ischio-jambiers (souvent trop courts) et cette seule adaptation permet de maintenir un dos droit et sécurisé.

A lire également:
Posture (asana)
– Siddhâsana – Paschimottanâsana – Vrikshâsana – Utrasâsana – Dhanurâsana

 

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.