Posture (asana)

Posture (asana)

Quant on fait référence au Yoga, l’asana (ou « posture ») est la partie la plus connue et la plus populaire.

Cinq exemples détaillés: Siddhâsana / Paschimottanâsana / Vrikshâsana / Utrasâsana / Dhanurâsana

Cependant, Patanjali, dans les Yoga Sûtra, est très sobre en ce qui concerne l’asana, il ne lui consacre que 6 mots (en sanskrit) : « L’assise sera stable et facile. Pour cela il suffit de se relâcher et de s’absorber dans l’infini. Nous ne sommes alors plus dérangés par les paires d’opposés » (II,46-48). En fait, il ne fait pas référence aux nombreuses postures que nous connaissons, mais plutôt à « la posture », à savoir la posture assise qui vise à « apaiser les fluctuations du mental et à établir la conscience dans sa nature véritable » (I,2-3).

D’ailleurs, le mot « asana » que l’on traduit communément par « posture » vient de la racine sanskrite « as » et signifie exactement « assise » et fait référence à l’assise physique de la pratique de la méditation, et à l’assise intérieure de l’état méditatif.

La tradition tantrique pour sa part est prolixe, et d’après les nombreux traités de Yoga qu’elle a produit, il existerait 84 centaines de milliers d’asanas (8.400.000), indiquant de la sorte que le nombre de postures que le corps peu prendre est innombrable. Parmi celles-ci, 84 sont sélectionnées et considérées comme fondamentales. 84 est évidemment un chiffre symbolique fréquemment utilisé en orient et qui exprime une totalité (84 = 7 planètes X 12 signes du zodiaque).

« Il existe 84 postures de Yoga, et tout le monde, qu’il soit occidental ou oriental, les a toutes faites dans le ventre de la mère pendant la gestation. Donc, vous êtes de toutes façons des yogis. » (Yogi Bhajan)

Bien qu’en apparence les postures s’adressent plutôt au corps physique et à ses capacités, il serait une erreur de les considérer comme de simples exercices gymniques de bien être ou de remise en forme. Bien sûr, elles façonnent le corps en lui donnant élasticité et puissance, mais ces bienfaits viennent en quelque sorte « par surcroît ». La pratique des postures visent d’autres plans.

En association avec les bandhas (fermetures), les gestes (moudras), la maîtrise du souffle (pranayama), la récitation des mantras, les concentrations, les visualisations… les postures (et plus particulièrement les séries de postures dans le Kundalini Yoga) forment un ensemble, un tout non-aléatoire, qui devient un outil efficace au service du yogin pour la réalisation de différents états particuliers.

Les séries de postures sont des « créations » dynamiques qui s’attachent à conquérir l’énergie et à discipliner le mental. Ainsi il est dit que telle posture attire le prana vers une partie déterminée du corps, augmente le pouvoir créatif, ouvre tel chakra, remagnétise l’aura, etc.

Dans le Kundalini Yoga en particulier, la pratique des postures vise au déploiement d’une conscience méditative, et ultimement, transmute la nature tout entière à partir de sa forme la plus grossière, le corps humain.

Les noms des postures sont généralement très évocateurs : arc, archer, pont, chaise, cadavre, plateforme, chandelle, charrue, moulin, triangle, etc. D’autres postures font référence au monde végétal (arbres, lotus, etc), et de très nombreuse portent des noms d’animaux et ont été ainsi nommées sur base de l’observation des animaux qui les exécutaient spontanément (papillon, chameau, cobra, chat-vache, corbeau, grenouille, poisson, sauterelle, etc).

Les postures peuvent être classées en différentes « grandes familles » : les postures statiques ou dynamiques… les postures couchées, assises, debouts, à quatre pattes, accroupies… ou encore les postures en flexion, en extension, en torsion, en inclinaison latérale, en inversion, etc.

Voici 5 exemples développés :

A lire également:
 Techniques du Yoga – Posture (asana) – Geste (moudra) – Contraction (bandha) – Concentration des yeux – Maîtrise du souffle (pranayama)

Les commentaires sont clos.