Le repos par le pranayama

Voici un extrait de «La science Sacrée» que Sri Yukteswar a écrit vers la fin de sa vie. Le point intéressant est qu’il indique que retenir le souffle crée un tel état de calme dans le système nerveux autonome que même les organes intérieurs sont au repos ce qui n’arrive jamais ni dans le sommeil ni à l’ état de veille:

« L’être peut mettre en action ses nerfs volontaires selon son désir, et il peut les mettre au repos dès qu’il ressent de la la fatigue. Quand ses nerfs volontaires nécessitent le repos il s’endort naturellement, et grâce à ce repos, les nerfs volontaires une fois reposés peuvent de nouveau s’activer avec vigueur.

Les nerfs involontaires de l’homme cependant, indépendamment de sa volonté, travaillent continuellement d’eux–mêmes depuis sa naissance. Comme il n’a aucun contrôle sur eux il ne peut absolument pas interférer dans leur action. Quand ceux-ci sont fatigués ils ont besoin de repos et naturellement s’endorment. Ce repos des nerfs involontaires s’appellent mahanidra, le grand sommeil ou mort. Quand cela a lieu la circulation sanguine, la respiration et les autres fonctions vitales étant arrêtées, le corps physique commence tout naturellement à se délabrer. Après un certain temps à la fin de ce grand sommeil mahanidra, l’homme se réveille et renaît dans un nouveau corps physique pour accomplir ses différentes aspirations. De cette façon l’homme s’attache à la vie et à la mort et n’accomplit pas le saut final: maîtriser la mort.

Mais si l’homme peut contrôler ses nerfs involontaires par la pratique de la rétention du souffle, il peut arrêter la dégradation de son corps et mettre ses nerfs involontaires (ceux du cœur, des poumons, et des autres organes vitaux) au repos comme il le fait pour les nerfs volontaires dans le sommeil.

Après un tel repos par la pratique de la rétention du souffle, les nerfs involontaires sont rafraîchis et remplis d’une nouvelle vie.

Quant l’homme peut «mourir» consciemment, mettre au repos son système nerveux complet (volontaire et involontaire) par la pratique de la rétention du souffle, alors tout son être fonctionne avec une grande vigueur. »

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.