Le pranayama fut un combat (témoignage d’Iyengar)

Voici un témoignage de B.K.S. Iyengar sur ses premiers pas dans sa pratique du pranayama, que l’on trouve en préface de Pranayama Dipika, lumière sur le Pranayama.

Il n’y eut chez moi ni savants, ni sages, ni yogis pour me pousser à commencer le yoga. Etant enfant, j’étais affligé de nombreuses maladies et, ainsi qu’en a décidé le destin, c’est cela qui me conduisit au yoga en 1934 dans l’espoir de recouvrer la santé. Depuis lors le yoga n’a cessé d’être pour moi une manière de vivre. Il m’a appris à être ponctuel et discipliné malgré les épreuves qui ont fréquemment bouleversé ma pratique, mes études et mes expériences quotidiennes.

Au début, le pranayama fut un combat. (…) Chaque matin je me levais pour pratiquer et j’avais beaucoup de mal à retenir mon souffle et à maintenir le rythme. Je poursuivais cependant mes efforts, arrivant avec difficultés à effectuer trois ou quatre cycles au bout desquels je suffoquais. Je me reposais quelques minutes puis essayais encore jusqu’à ce qu’il me soit possible de continuer. Je me demandais pourquoi je n’y arrivais pas et ne trouvais pas de réponse. Je n’avais personne pour me guider. Échecs et erreurs tourmentaient mon corps, mon esprit, tout mon être, pendant de nombreuses années, mais je continuais obstinément à améliorer mes résultats.

Aujourd’hui encore, je consacre au pranayama une heure d’affilée chaque jour et je trouve que cela n’est pas suffisant.

Des articles qui pourraient vous intéressez...

Les commentaires sont clos.